BERLINALE 2008 – Cheap Gossip Studio : les artistes underground au festival

Ragots, bruits de couloirs, rumeurs alternatives, vous êtes cordialement invités à vous exprimer au « Gossip Studio ». L’expérience originale et conviviale est née de l’esprit de sept artistes et performers berlinois non conventionnels, qui s’invitent à la 58e édition de la Berlinale

Isabella Rosselini, actrice de « Green Porno« , un des films présentés au Gossip studio (Photo. promo)

Depuis quelques jours, le Foyer du cinéma l’Arsenal s’est métamorphosé en « Cheap Gossip Studio ». A quelques pas du tapis rouge et du Palais du festival, les rumeurs sur le petit monde du cinéma vont bon train, dans le studio qui leur est consacré, au sous-sol de Potsdamer Platz, coin underground de la grand-messe du cinéma qu’est la Berlinale. Au centre de l’installation, un bar en forme circulaire. La proximité et la décontraction sont les éléments essentiels de l’expérience. Les artistes du collectif « Cheap » -John Blue, Tim Blue, Vaginal Davis, Daniel Hendrickson, Suzanne Sachsse,Marc Siegel- qui assurent eux-mêmes le service, conversent avec les personnes venues boire un verre, voir un film, ou juste du monde.
Le but de l’installation est de créer une atmosphère propice à la discussion et à la propagation de rumeurs. Le « gossip » (ragots) fait en effet partie de la vie de la Berlinale, comme de tout festival de cinéma d’ampleur. Au dessus d’une caisse est présentée la vidéo Die Uhr/The Clock, réalisée par Mark Formanek & Datenstrudel, où l’horloge est animée par des hommes qui reproduisent manuellement le temps qui s’écoule. Dans un coin, une curieuse vitrine présente une grosse mouche en plâtre. Dans son ventre ouvert, une petite télévision passe un film où Isabella Rossellini, elle-même déguisée en mouche, mime les modes de reproduction de ces insectes du quotidien transformées en stars du porno. Le « green-porno », une vidéo décalée sur le sexe au cinéma.

Cérémonie underground
La nouveauté cette année est le lancement de la cérémonie des « Cheapy Awards ». Le collectif d’artistes « Cheap » décerne pour la première fois des récompenses lors de trois cérémonies dont la dernière a lieu le demain. Ces prix leur permettent d’attirer l’attention sur l’œuvre d’artistes qui jouent un rôle majeur dans la scène underground. Marc Siegel, également professeur d’université, spécialiste de l’histoire du cinéma underground et queer, explique : « Le collectif se partage entre la mise en scène, la vidéo et les performances. En général, nous essayons de défier les normes des genres sexuels, mais également les normes raciales, par exemple dans notre travail avec Vaginal Davis [dragqueen et performer noir]. Pourtant, précise-t-il, je ne nous considère pas comme un groupe de pression politique austère. Pour nous il s’agit de propager une politique de la joie. Une autre partie de notre travail est d’attirer l’attention sur certaines figures politiques et culturelles comme Jack Smith, Pierre Clementi, Louise Fisher qui n’ont peut-être pas eu l’attention qu’ils méritaient. »
Leila WEBER, jeudi 14 février 2008 pour Le Petit Journal de Berlin. Cliquer ici pour voir la source

Cheap Gossip Studio. Atrium Kino Arsenal. Potsdamer Platz. Berlin Mitte. Tous les jours, 12h-24h

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :